• Arbres : influences sur leurs formes

    Arbre et géogiologieLe pin tordu (ci-contre) : rencontré au hasard de nos promenade ce pin a attiré notre attention. Il a malencontreusement germé à l'aplomb d'une faille, et d'un croisement de réseaux négatifs (Ni2- et Fe2-) : ce qui l'a probablement conduit à fuir cet emplacement défavorable.

    Géobiologie et les arbres 

     

    Le hêtre à deux bras (ci-dessous) : Au hasard d'une promenade en forêt nous avons découvert cet arbre qui nous tendait les bras!
    Il s'est implanté sans le savoir sur un point particulièrement défavorable : sur un réseau du Nickel négatif de niveau 3, combiné à une faille (il est vraiment bien mal tombé!). Sa ramure a catégoriquement refusé de continuer son ascension sur ce point aussi peu hospitalier et a choisi de poursuivre sa route bien à l'écart... D'où cette silhouette étrange!


    Le charme à deux brasRéseaux

     

     
    Le charme fourchu : face à une telle silhouette il est toujours intéressant de regarder ce qui se passe à cet endroit... Y a -t-il une perturbation majeure? Dans ce cas nous avons détecté une faille humide passant sous l'arbre.
     

    Arbres et Géobiologie

    Une zone perturbée, et de nombreux arbres dépérissant

    Dans un secteur de la forêt, sur une large zone d'environ 200 m2, nous remarquons que les arbres présents sont chétifs, dépérissant, morts ou très malades.

    Nous ne distinguons aucun arbre sain à cet emplacement.
    Les deux sujets ci-dessous montrent des déformations bien visibles :

    Un châtaigner, mort, présente une forte excroissance, (à gauche)
    Un bouleau a lui aussi une excroissance, et sa végétation est très faible (à droite)

    Ces deux arbres sont à 3 mètres l'un de l'autre.

    Arbre mort : géobiologieArbre malade : géobiologieRéseaux, faille et courants d'eauLa recherche nous révèle un taux vibratoire très bas sur toute cette zone, la présence de très nombreux courants d'eau souterrains et d'une faille. Sur l'emplacement du châtaignier, ces perturbations se cumulent avec le croisement d'un réseau Nickel 3- et d'un Fer 3-
    Le réseau du nickel (vert clair sur le schéma) se prolonge sur l'emplacement du bouleau, qui est sur un croisement Ni 3-/Ni 1-

    Les arbres qui nous rechargent

    Ramure d'un châtaignier centenaire

    Cet arbre majestueux, châtaignier centenaire à Parly (89) est un symbole de force, d'énergie et de majesté. Il est le lien entre le ciel et la terre.

    A ce propos je ne résiste pas au plaisir de citer Henri Vincenot (extrait de la Billebaude) :

    "Si jamais tu es patraque, me disait le grand-père Sandrot, mets-toi le dos contre un beau chêne de futaie (chêne sauvage qui a poussé tout seul) ou un « mo
    derne » de belle venue (chêne qui a été planté).
    Colle-toi les talons, les fesses, le dos et le « creuteu » (la partie postérieure du crâne, l'occiput) contre le tronc, tourné vers le sud, la paume des mains bien à plat sur l'écorce, et restes-y aussi longtemps que tu pourras…une heure, si tu en a la patience : Guari !
    Regonflé à péter que tu seras !
    Regonflé de quoi ?
    Regonflé de vie, garçon !
    Et c'est facile à comprendre : l'arbre suce sa vie dans la terre, ça remonte par ses racines et par son tronc, et il la suce aussi dans le ciel par ses feuilles, et ça descend par ses branches. Ça circule dans les deux sens, tu comprends ? Et toi tu te requinques au passage ! C'est comme ça qu'ils se regôgnaient nos anciens !"

     

    Chêne tricentenaireArbre 1

     

     

     

     

     

    Le chêne et la foudre : (ci-dessous)
    Un grand chêne, semblable à un géant! La foudre l'a traversé de part en part, et tout l'intérieur de l'arbre est calciné. Mais il est bien vivant, et la sève continue à circuler dans ses deux 'jambes'.

    Le chêne et la foudre

     

     

    Nous avons découvert qu'une faille souterraine passe exactement sous l'arbre.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Loupe de frêne : Au milieu de la forêt se trouve ce remarquable frêne boursouflé. Cet arbre a poussé sur une faille humide doublée d'un croisement de deux forts réseaux magnétiques du nickel Ni2- / Ni3-, ce qui représente un emplacement de très basse énergie vitale.

    Loupe de frêne

    Schéma de l'emplacement du frêne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Retour en
    haut de page

    « Quelques chapelles de l'YonnePIGEONS : Emplacement des pigeonniers »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Martine
    Samedi 16 Janvier 2016 à 16:37

    Émerveillements, oui.

    Et si nous retrouvions le sens du merveilleux dans la nature, et du sacré aussi, que nous avons perdu?

    Ils sont là, comme dans les contes, mais réels, il suffit d'ouvrir les yeux et les sens pour les percevoir. Et quand nous réveillons en nous la sensibilité et le sens de l'observation qu'on ne développe vraiment qu'au contact intime de la nature, celle-ci redevient ce qu'elle n'a jamais cessé d'être mais que nous ne percevions plus: un organisme vivant global. Du coup elle se rapproche, elle cesse d'être étrangère, extérieure, et notre relation avec elle change. La détruirions-nous autant si elle faisait partie de nous ?

    Comme tu l'écris, Céline, on protège ce que l'on aime et ce que l'on connaît. C'est pourquoi ce lien-là, il est urgent que nous le retrouvions.

    Alors merci pour ce blog qui est un trou de serrure par lequel regarder un monde enchanté, qui donne envie d'ouvrir la porte et de se glisser dedans.

    M

      • Samedi 16 Janvier 2016 à 17:07

        Bonjour Martine, et merci

        Oui, nous essayons d’œuvrer modestement au de ré-enchantement du monde, en faisant découvrir la beauté et parfois même la magie qui se cache un peu partout autour de nous ! dans nos forêts, nos murets de pierres, nos jardins, nos petits coins de nature. Le merveilleux et la richesse sont partout. Nul besoins de faire des kilomètres pour la trouver! Il suffit d'ouvrir l'oeil... :-)

        Céline et Alain

    2
    Birgit
    Vendredi 19 Mai à 18:44

    Bonsoir. J'adore les hêtres, peuvent-ils à l'exemple du chêne nous recharger ? merci.

      • Vendredi 19 Mai à 19:39

        Oui, les hêtres aussi peuvent nous recharger en énergie. Et beaucoup d'autres arbres. Amitiés

        Alain et Céline

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :