• Bornes cisterciennes

      borne cistercienneLes bornes cisterciennes de St Aubin Château Neuf (Yonne - Bourgogne)

    Une soixantaine de bornes jalonnaient autrefois le périmètre de la paroisse de Saint-Aubin Château Neuf dans l'Yonne (89) ; bornage singulier et unique en son genre dans la région!
    C'est un vestige du passé très précieux.

     Qui a implanté ces bornes?

    L’Histoire nous révèle qu'elles ont été implantées au 12 ème siècle par des moines cisterciens de l'Abbaye de Fontaine-Jean (à Saint-Maurice sur Aveyron dans le Loiret).
    (Voir texte en fin de page)
    Borne cistercienne

     

     


    Combien en reste-t-il?

    Une bonne quarantaine de ces bornes ont résisté aux événements de près de neuf siècles : guerres, révolution, et plus récemment la modernisation et le remembrement qui ont effacé bien des traces du passé.

    On peut les découvrir dans les champs, le long des sentiers, dans les forêts, ou en bord de ruisseaux.

     

    Borne cistercienne Qu'ont-elles de particulier?

    Ce sont de belles pierres en grès, la plupart numérotées et gravées de croix sur trois faces.

    A première vue on pourrait penser qu'il s'agit là d'un bornage 'ordinaire', administratif.

    Or nous constatons que la plupart de ces bornes cisterciennes sont à l'aplomb d'une faille souterraine, ou d'un ou plusieurs cours d'eau souterrain, doublé d'un croisement de réseaux (le plus souvent Nickel et Fer)

    Nous comprenons alors que leur emplacement été choisi avec intelligence par des moines qui savaient repérer ces phénomènes, comme nous le savons en étudiant l'implantation des églises ou cathédrales de cette époque.

    Cela soulève pour nous de nombreuses réflexions à propos des limites communales en général : lorsqu'elles dessinent des angles droits en plein milieu d'un champ ou d'un bois par exemple, on se demande pourquoi là? et pas un peu à côté?

    Depuis combien de siècles les hommes ont-ils repéré ces points précis?

    Y avait-il un autre repère là, bien avant ces bornes médiévales?

    Des débuts de réponse nous sont offerts par la géobiologie. Si nous trouvons par exemple un cours d'eau souterrain (invisible à nos yeux) sous le point repéré par une borne, nous comprenons qu'il est une ligne forte du paysage, que les anciens percevaient bien, alors que nous avons beaucoup plus de mal à le ressentir. Et notre hypothèse est que ces lignes de forces invisibles ont bien souvent servi à délimiter les territoires.

    Borne cistercienne tombée dans le ruisseauSimulation de sa remise en place 


    Simulation de remise en place de la borne
     

    Plusieurs des ces bornes ont basculé de leur emplacement d'origine, et gisent dans le ruisseau ou en bordure. Des mesures géobiologiques permettent de retrouver leur emplacement d'origine avec une grande précision.

    Détaillons-en quelques-unes :

    Bornes cisterciennes à St Aubin Ch. (89)Borne 1Bornes cisterciennes à St Aubin Ch. (89) :

    Située au croisement de trois courants d’eau souterrains (d’intensité variable selon la pluviométrie) et sur un point étoile, c’est à dire à l’intersection des réseaux géobiologiques Hartmann et Curry

    (photo décembre 2015)


     

     

     

     

    Bornes cisterciennes à St Aubin Ch. (89)Bornes cisterciennes à St Aubin Ch. (89) Borne 11

    Située à l’intersection d’une faille, d’un courant d’eau souterrain (d’intensité variable selon la pluviométrie) et sur un point étoile (intersection des réseaux géobiologiques H et C)

    (photo novembre 2015)

     

     

     

     

     

     

    Bornes cisterciennes à St Aubin Ch. (89)Bornes cisterciennes à St Aubin Ch. (89)

    Borne 22 : La Croix de pierre

    Cette imposante borne gravée d’une grande croix, elle est située à l’aplomb d’un large courant d’eau souterrain, et sur un point étoile (intersection des réseaux géobiologiques H et C) (photo novembre 2015)

     

     

     

     

     

     

     

    Bornes cisterciennes à St Aubin Ch. (89) Bornes cisterciennes à St Aubin Ch. (89)Borne 39

    Située à l’aplomb du croisement de deux courants d’eau souterrains et sur un point étoile (intersection des réseaux géobiologiques H et C)

    (photo janvier 2016)

     

     

     

     

     

     

    L'Abbé Noirot nous raconte l'origine de ce bornage :

    Borne cistercienne n°18Brne cistercienne n°21
    En 1121, la paroisse de Saint-Aubin est dans la main de la famille princière des Courtenay, inféodée dans l'aventure des Croisades. Les donations pieuses précèdent les départs. Le monastère de L'Abbaye Notre-Dame de Fontaine-Jean consent à s'engager, sur demande du seigneur laïc, dans d'importants travaux à effectuer sur les terres domaniales.

    La mise en œuvre de l'assainissement a commencé en 1147.

    Borne cistercienneLes religieux s'affairent sur le plateau à purger les lieux marécageux en instaurant un enchaînement de fossés reliant des étangs aménagés selon des hauteurs diverses afin que s'écoule le surcroît d'eau jusqu'au niveau du ru qui en absorbera les inconvénients : en fait le Vrain et l'Ouanne.
    Furent ainsi résorbées depuis Froville jusqu'à l'étang des Moineries, en passant par ceux des Ormes et de la forêt Gobert, de celle de Fumerault, les tourbières et les boues forestières.

    Il est très probable que les bois accolés à Fourolles aient bénéficié du traitement puisqu'ils étaient lors dans la propriété des Courtenay.
    Occasion fut saisie de relever par bornage les limite
    s territoriales de la paroisse.

     

    Borne cistercienne



    Retour en
    haut de page

     


    « STAGES DE GÉOBIOLOGIEABEILLES : Emplacement des ruches »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :