•  

    Stage d'initiation à la géobiologie

    à St Aubin Château Neuf (Le Val d'Ocre) dans l'Yonne (89) (Bourgogne) ,
    au Jardin des Petites Ruches

    • stages 2017 / 2018 :

       stages d'initiation de 2 journées, animés par Alain Richard

    • samedi 11 et dimanche 12 novembre 2017 (complet)

    • samedi 17 et dimanche 18 mars 2018   (4 places disponibles)

    Tarif des stages : 50€ (stage de 2 jours)

    Accessible à tous, à partir de 18 ans
    (stage limité à 8/10 personnes maximum )

    Horaires : 10h00 – 17h00


    stage géogiologie
















    • Programme du stage :

    Alain Richard - GéobiologieAcquérir un premier degré de connaissances en géobiologie. 

    • se familiariser avec les outils de la géobiologie
    • prendre connaissance avec les principaux phénomènes telluriques que l'on détecte sous nos pieds : eau, failles, réseaux liés aux métaux (Réseau Hartmann, Curry, ...),
    • mesurer l'énergie d'un lieu


    Chacun pourra ensuite développer ces premières connaissances et les utiliser dans son lieu de vie :

     Par exemple :

    • Vérifier que son lit ou son bureau est à la bonne place

    • Trouver le point qui convient à la plantation d'un arbre, d'une ruche

     

    Nous pouvons ajouter une nouvelle date à votre convenance pour un groupe de 4 participants. 
    Stage de géobiologie


    Comment s'inscrire
    Envoyez-nous un mail à petitesruches89@free.fr 
    ou téléphonez au
    06.87.13.95.58

    Repas : pique-nique à prévoir 

     Hébergement : 

    • en chambres d'hôtes (adresses sur demande),  
    • en camping

      Stage de Géobiologie en Bourgogne
      géobiologie

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    votre commentaire
  •   borne cistercienneLes bornes cisterciennes de St Aubin Château Neuf (Yonne - Bourgogne)

    Une soixantaine de bornes jalonnaient autrefois le périmètre de la paroisse de Saint-Aubin Château Neuf dans l'Yonne (89) ; bornage singulier et unique en son genre dans la région!
    C'est un vestige du passé très précieux.

     Qui a implanté ces bornes?

    L’Histoire nous révèle qu'elles ont été implantées au 12 ème siècle par des moines cisterciens de l'Abbaye de Fontaine-Jean (à Saint-Maurice sur Aveyron dans le Loiret).
    (Voir texte en fin de page)
    Borne cistercienne

     

     


    Combien en reste-t-il?

    Une bonne quarantaine de ces bornes ont résisté aux événements de près de neuf siècles : guerres, révolution, et plus récemment la modernisation et le remembrement qui ont effacé bien des traces du passé.

    On peut les découvrir dans les champs, le long des sentiers, dans les forêts, ou en bord de ruisseaux.

     

    Borne cistercienne Qu'ont-elles de particulier?

    Ce sont de belles pierres en grès, la plupart numérotées et gravées de croix sur trois faces.

    A première vue on pourrait penser qu'il s'agit là d'un bornage 'ordinaire', administratif.

    Or nous constatons que la plupart de ces bornes cisterciennes sont à l'aplomb d'une faille souterraine, ou d'un ou plusieurs cours d'eau souterrain, doublé d'un croisement de réseaux (le plus souvent Nickel et Fer)

    Nous comprenons alors que leur emplacement été choisi avec intelligence par des moines qui savaient repérer ces phénomènes, comme nous le savons en étudiant l'implantation des églises ou cathédrales de cette époque.

    Cela soulève pour nous de nombreuses réflexions à propos des limites communales en général : lorsqu'elles dessinent des angles droits en plein milieu d'un champ ou d'un bois par exemple, on se demande pourquoi là? et pas un peu à côté?

    Depuis combien de siècles les hommes ont-ils repéré ces points précis?

    Y avait-il un autre repère là, bien avant ces bornes médiévales?

    Des débuts de réponse nous sont offerts par la géobiologie. Si nous trouvons par exemple un cours d'eau souterrain (invisible à nos yeux) sous le point repéré par une borne, nous comprenons qu'il est une ligne forte du paysage, que les anciens percevaient bien, alors que nous avons beaucoup plus de mal à le ressentir. Et notre hypothèse est que ces lignes de forces invisibles ont bien souvent servi à délimiter les territoires.

    Borne cistercienne tombée dans le ruisseauSimulation de sa remise en place 


    Simulation de remise en place de la borne
     

    Plusieurs des ces bornes ont basculé de leur emplacement d'origine, et gisent dans le ruisseau ou en bordure. Des mesures géobiologiques permettent de retrouver leur emplacement d'origine avec une grande précision.

    Détaillons-en quelques-unes :

    Bornes cisterciennes à St Aubin Ch. (89)Borne 1Bornes cisterciennes à St Aubin Ch. (89) :

    Située au croisement de trois courants d’eau souterrains (d’intensité variable selon la pluviométrie) et sur un point étoile, c’est à dire à l’intersection des réseaux géobiologiques Hartmann et Curry

    (photo décembre 2015)


     

     

     

     

    Bornes cisterciennes à St Aubin Ch. (89)Bornes cisterciennes à St Aubin Ch. (89) Borne 11

    Située à l’intersection d’une faille, d’un courant d’eau souterrain (d’intensité variable selon la pluviométrie) et sur un point étoile (intersection des réseaux géobiologiques H et C)

    (photo novembre 2015)

     

     

     

     

     

     

    Bornes cisterciennes à St Aubin Ch. (89)Bornes cisterciennes à St Aubin Ch. (89)

    Borne 22 : La Croix de pierre

    Cette imposante borne gravée d’une grande croix, elle est située à l’aplomb d’un large courant d’eau souterrain, et sur un point étoile (intersection des réseaux géobiologiques H et C) (photo novembre 2015)

     

     

     

     

     

     

     

    Bornes cisterciennes à St Aubin Ch. (89) Bornes cisterciennes à St Aubin Ch. (89)Borne 39

    Située à l’aplomb du croisement de deux courants d’eau souterrains et sur un point étoile (intersection des réseaux géobiologiques H et C)

    (photo janvier 2016)

     

     

     

     

     

     

    L'Abbé Noirot nous raconte l'origine de ce bornage :

    Borne cistercienne n°18Brne cistercienne n°21
    En 1121, la paroisse de Saint-Aubin est dans la main de la famille princière des Courtenay, inféodée dans l'aventure des Croisades. Les donations pieuses précèdent les départs. Le monastère de L'Abbaye Notre-Dame de Fontaine-Jean consent à s'engager, sur demande du seigneur laïc, dans d'importants travaux à effectuer sur les terres domaniales.

    La mise en œuvre de l'assainissement a commencé en 1147.

    Borne cistercienneLes religieux s'affairent sur le plateau à purger les lieux marécageux en instaurant un enchaînement de fossés reliant des étangs aménagés selon des hauteurs diverses afin que s'écoule le surcroît d'eau jusqu'au niveau du ru qui en absorbera les inconvénients : en fait le Vrain et l'Ouanne.
    Furent ainsi résorbées depuis Froville jusqu'à l'étang des Moineries, en passant par ceux des Ormes et de la forêt Gobert, de celle de Fumerault, les tourbières et les boues forestières.

    Il est très probable que les bois accolés à Fourolles aient bénéficié du traitement puisqu'ils étaient lors dans la propriété des Courtenay.
    Occasion fut saisie de relever par bornage les limite
    s territoriales de la paroisse.

     

    Borne cistercienne



    Retour en
    haut de page

     



    votre commentaire
  • Abeilles devant la rucheRuche : choisir un bon emplacementEmplacement d'une ruche

    Emplacement du rucherEssaim dans un arbre

     

     

     





    De nombreux paramètres sont à prendre en compte lorsque l'on installe une ruche ou un petit rucher dans son jardin,
    (cette ruche sera très utile pour polliniser les fruitiers et les plantes du potager par exemple).
    Mais où la placer?
    Les paramètres auxquels on pense le plus souvent sont :
    - L'ensoleillement
    - L'orientation
    - Les vents dominants
    - La proximité du voisinage, de la maison...


    Nous ignorons souvent que les paramètres 'géobiologiques' ont également une importance pour la bonne santé d'une ruche.
    La géobiologie, c'est quoi? Voir présentation en page d'accueil

    Parmi ces facteurs, citons
    - la présence de failles souterraines, ou de courants d'eau souterrains
    - Les réseaux de certains minéraux

    Les Anciens connaissaient cette science ; l'observation de très antiques ruchers montre que les ruches y étaient placées de préférence sur certains réseaux et points telluriques particulièrement bénéfiques pour les abeilles, et en particulier pour leur résistances immunitaires.

    Rucher : ruches troncs en ardèchepassage des réseaux du cuivre sur le rucherruches troncs en Ardèche

    très ancien rucher ardéchois, perché dans les bois de châtaigniers. L'énergie y est très favorable aux abeilles.

    Une ruche très active
    Notre ruche la plus active depuis de nombreuses années se trouve sur un emplacement exceptionnel : nous l'avions alors placé sans le savoir sur une large ligne de type Peyré (cuivre+or)
    Cette colonie est très douce, et très populeuse.


    C
    as d'une ruche faible
    Dans notre rucher nous avions repéré qu'une ruche périclitait systématiquement.
    Nous avons décidé d'analyser ce point par des mesures géobiologiques, afin de savoir si ces facteurs pouvaient être en cause. Il s'est avéré que cette ruche était placée à l'aplomb d'une faille géologique, rendant l'énergie de ce point très négative.
    Conclusion : A présent nous installons chaque nouvelle ruche en prenant soin de choisir un point particulièrement propice à la bonne santé des abeilles.

    Conseils
    Nous éviterons de placer des ruches sur des croisement de réseaux négatifs de type Nickel et Fer, ainsi que sur les passages d'eau souterrains. Et nous privilégierons si possible les lignes de passage du réseau de type Peyré (cuivre+or) positif de niveau 2 ou 3.

    remarque concernant le réseau favorable aux abeilles :

    Ce réseau est décrit différemment suivant les géobiologues et sur certains ouvrages récents que nous avons il est mentionné comme étant la résonance 'cuivre+or', c'est à dire une association des deux métaux.
    Tout le monde n'est pas d'accord sur ce sujet.
    Ce qui nous apparaît, lorsque nous recherchons les emplacements où s'installent les abeilles naturellement (arbre, toiture, fenêtre), c'est qu'elles sont bien (selon nous) sur le réseau du cuivre, et souvent sur un noeud.
    Cela dit nous sommes ouverts, et ne prétendons pas tout savoir. La géobiologie n'étant pas une science exacte.

    N'hésitez pas à échanger avec nous sur vos découvertes concernant les abeilles (ou autre) ; car tout ce que nous pouvons faire pour les aider est bienvenu aujourd'hui.

     

    Merci à ceux qui nous ont écrit pour nous faire part de leurs réflexion sur ce réseau 'abeilles'.

     





     

    Enregistrer

    Enregistrer


    votre commentaire
  • Carte géologiqueGrâce à la toponymie (qui est l'étude des noms propres désignant un lieu), il est possible de découvrir l'emplacement d'anciennes pierres, ou menhir, d'anciens lieux de cultes celtes, ou encore d'anciennes église ou chapelles aujourd'hui diparues...
    Sur ces emplacements la pratique de la géobiologie permet retrouver l'implantation exacte des ces monuments, et les énergies des lieux.Cadastre napoléonnien


    Voici un exemple : le nom Pierre Fite ou Pierrefitte, indique qu'une pierre (menhir) était autrefois plantée à cet endroit.

    Dans notre département (Yonne), il en va de même qu'un peu partout. Très souvent les pierres n'existent plus, mais les noms sont restés!

    Voici d'autres exemples de noms trouvés sur les plans cadastraux dans le centre du département de l'Yonne. : La Grosse Pierre... La Grande Épine, l’Épine aux Prêtres

    Pierre Fite Aillant

    La Fausse Pierre au loup, le Caillou,

    Le Champ des Pierres, les Épinettes

    ou encore La grande Borne, La borne Percée

    Ces emplacements ont été des lieux de culte depuis des temps très anciens (Période néolithique ou Celte)

    Un peu d'Histoire :
     

    Dès le IVème siècle, l’Église a interdit d'adorer les Pierre Fite Aillant (89)pierres, les fontaines ou les arbres, et ordonné ainsi que nombre de ces pierres soient détruites afin d'empêcher qu'un culte ne leur soit rendu.

    Cette interdiction s'est poursuivie et intensifiée sous le règne de Charlemagne.

    Par la suite certains menhirs ont été christianisés (implantation d'une croix à leur sommet), ou remplacés pas une croix ou un calvaire.

    Mais c'est surtout depuis l'époque de la révolution industrielle que le patrimoine mégalithique a subi le plus de dommages, de par la mécanisation agricole et les remembrements.

     

    votre commentaire
  • Croix tordue en 1903 lors de l'intallation du téléphone!Des croix, il y en a vraiment partout, et nous passons souvent à côté d'elles sans même des remarquer. Et pourtant...

    Nous en avons recensé une très grande quantité dans tous les villages. Nombreuses aussi sont celles qui ont disparu aujourd'hui et étaient encore mentionnées sur les plans cadastraux de 1820.


    N'oublions pas que dans les siècles passés, l'Eglise a peu à peu fait ériger ces croix à la place d'anciennes pierres levées, menhirs, qui se trouvaient là.

    On ignore la plupart du temps les secrets bien gardés que cachent ces modestes implantations. 
    Le point précis du socle se trouve à la croisée de plusieurs réseaux : croisement de courants d'eau souterrains, et/ou de failles, réseaux telluriques... etc

    Croix Bénite à Lindry (89)Réseaux géobiologiques
    Ce sont des points particulièrement énergétiques, que les hommes ont repérés et choisis depuis fort longtemps, en tout premier lieu pour leurs qualités vibratoires et énergétiques.

    Les hommes ont alors voyagé en prenant ces points comme repères, traçant ainsi peu à peu la trame des chemins et routes telle que nous la connaissons.

    Les carrefours se sont créés là où étaient ces points, et non l'inverse...

    Croix à St Maurice le Viel (89)Une croix à St Maurice Thizouailles

     

     

     

     

     

     

     

     

    Retour en
    haut de page


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires